Assurance vie


Le placement préféré des français : faites le bon choix avec MANTICA

Simulation Assurance Vie

L’assurance vie répond à plusieurs objectifs :

  • Se constituer un patrimoine Préparer sa retraite en ayant des revenus réguliers
  • Préparer un projet : un investissement immobilier par exemple
  • Transmettre un patrimoine.[/bscolumns]

Elle permet de protéger ses proches et de se créer une épargne de précaution à moyen et à long terme.
Sa vocation première est de garantir le versement d’une certaine somme d’argent (capital ou rente) pour la retraite ou en cas de décès de l’assuré.
Elle permet de faire fructifier les fonds placés sur ce contrat avec un objectif à long terme : la retraite, un investissement immobilier
Elle offre des avantages fiscaux en matière de succession.

 

Un contrat d’assurance vie propose deux types de support de placement :

  • Les fonds euros, où nous trouvons principalement des obligations, donc plus sécuritaire
  • Les unités de compte, qui comportent principalement des actions, donc plus risqués.

Les versements ou primes pour un placement assurance vie se font périodiquement (mensuel, trimestriel, semestriel), ou par un versement unique, ou par un versement libre.

 

La gestion du contrat d’assurance vie est faite par l’assureur en proposant différents modes de gestion :

  • la gestion profilée : l’assuré détermine son profil, du plus prudent au plus dynamique ; ensuite, il laisse la gestion à l’assureur et donc la répartition entre actions et obligations
  • la gestion libre : le souscripteur choisit lui même les fonds sur lesquels il va investir ;
  • la gestion à horizon, ou pilotée : la répartition entre actions et obligations se fait selon l’âge du souscripteur, très risquée au début puis de plus en plus sécuritaire lorsque le contrat arrive à son terme.

Frais prélevés par l’assureur.

L’assureur perçoit lors du versement de chaque somme versée par l’assuré, des frais tels que des droits d’entrée, des frais de gestion qui sont prélevés chaque année sur l’ensemble de l’épargne et des  frais d’arbitrages lorsque des fonds sont transférés d’un support vers un autre.

Fiscalité

L’assuré peut sortir selon deux options :

  • Retrait de fonds, total ou partiel
  • Sous forme de rente viagère

Les gains tirés d’un contrat d’assurance vie sont imposés uniquement en cas de rachat (retrait de fonds), total ou partiel. Ils sont calculés au prorata des sommes retirées : en rachetant 10 % du total du contrat, l’imposition ne se fera que sur 10 % des intérêts générés depuis son ouverture.
Pour les contrats ouverts depuis 1998, le contribuable peut opter soit pour l’intégration à l’impôt sur le revenu de ses gains, soit pour un prélèvement libératoire.
Si le contrat a :

  • Moins de 4 ans, le taux d’imposition sur les gains sera de 35% avec aucun abattement.
  • Entre 4 et 8 ans, le taux d’imposition sur les gains sera de 15% avec aucun abattement.
  • Plus de 8 ans, le taux d’imposition sur les gains sera de 7.5% avec 4 600 € par an d’abattement (9 200 € pour un couple marié).

En cas de rente viagère, celle-ci sera soumise à l’impôt sur le revenu pour 70 % de son montant en cas de mise en route avant 50 ans, pour 50 % de 50 à 59 ans, pour 40 % de 60 à 69 ans, pour 30 % à 70 ans et plus. Elle sera aussi sujette aux prélèvements sociaux.

Droits de successions pour les primes versées après le 30/10/1998 et pour les contrats souscrits après le 20/11/1991.

  • avant l’âge de 70 ans : abattement de 152 500 € sur le capital transmis à chaque bénéficiaire et taxation de 20 % au-delà. Non imposable pour le conjoint ou le partenaire pacsé.
  • après l’âge de 70 ans : Les gains des primes versées sont exonérés. Imposition des primes versées sur des primes supérieures à 30 500 € (fraction pour chaque bénéficiaire). Non imposable pour le conjoint ou le partenaire pacsé.